Séparation de biens et récupération du capital personnel apporté pour le financement du logement familial

Séparation de biens et récupération du capital personnel apporté pour le financement du logement familial

Publié le : 14/04/2021 14 avril avr. 04 2021

Le régime de la séparation de biens entre époux s’avère être le plus protecteur, puisque n’entrent pas dans la communauté les biens acquis avant le mariage ni ceux acquis postérieurement. Il n’y a pas de communauté seulement des situations d’indivision établies selon la contribution de chacun, comme c’est régulièrement le cas en matière d’acquisition du logement familial. 
Les époux mariés sous ce régime restent toutefois dans l’obligation de contribuer aux charges du mariage, soit toutes celles relatives aux dépenses liées à la famille, y compris le logement occupé par celle-ci. 

C’est en vertu de cette obligation de contribution qu’une ex-femme s’est vu refuser sa demande en reconnaissance de créance au titre du financement du logement de la famille. 

Décision sanctionnée par la Cour de cassation. 

Dans les faits, deux époux se sont mariés sous le régime de la séparation de biens. À la suite de leur divorce, des difficultés apparaissent concernant le règlement des intérêts patrimoniaux et l’ex-femme assigne son ex-mari estimant bénéficier d’une créance au titre de l’acquisition du bien immobilier faisant figure de logement familial. En effet, lors de l’achat immobilier, l’ex-femme avait financé ce dernier par un apport personnel à hauteur de plus de 100 000 euros. 

Mais, la Cour d’appel saisie des griefs constate qu’un tel financement est susceptible de participer de l’exécution de sa contribution aux charges de la vie commune ou du mariage. 
La juridiction retient que les versements effectués par un des époux pendant le mariage, aussi bien pour régler le prix d’acquisition du domicile conjugal que pour s’acquitter des mensualités des emprunts immobiliers contractés pour en faire l’acquisition, relèvent de l’exécution de son obligation de contribution aux charges du mariage, à moins qu'il n'excède ses facultés contributives. Or, en l’espèce, l’ex-femme ne démontrait pas que sa participation financière à l’acquisition du domicile familial avait excédé son obligation de contribution aux charges du mariage.

Cette position est alors sanctionnée par la Cour de cassation au visa de l’article 214 du Code civil, devant qui le litige est porté. 
La Cour rappelle que conformément à ce texte, « sauf convention contraire des époux, l’apport en capital de fonds personnels, effectué par un époux séparé de biens pour financer la part de son conjoint lors de l’acquisition d’un bien indivis affecté à l’usage familial, ne participe pas de l’exécution de son obligation de contribuer aux charges du mariage ».

La Haute juridiction confirme ici une jurisprudence constante en matière de financement du logement familial via des deniers personnels pour les époux mariés sous le régime de la séparation de biens, en rappelant que seule une convention matrimoniale inverse peut faire échec à cette règle. 

Référence de l’arrêt : Cass. civ 1ère 17 mars 2021 n° 19-21.463
 

Historique

<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.