La contestation de paternité ou de maternité

La contestation de paternité ou de maternité

Publié le : 09/12/2021 09 décembre déc. 12 2021

La contestation de paternité ou celle de maternité constituent en réalité deux notions regroupées sous l’appellation « contestation de filiation », situation juridique où l’un des parents désignés d’un enfant envers qui une filiation est établie souhaite annuler ce lien de filiation. 
Outre l’enfant et toute personne désignée par la loi ayant un intérêt à demander cette contestation, les parents de l’enfant peuvent engager une action en contestation de filiation devant le Tribunal judiciaire. 

Rappels liminaires concernant l’établissement de la filiation

L’établissement d’un lien de filiation entre l’enfant et ses parents s’effectue par reconnaissance de l’enfant auprès de l’officier d’état civil. 

Pour la mère de l’enfant, la filiation est automatiquement établie par l’acte de naissance la désignant comme telle, dès lors qu’elle n’a pas souhaité accoucher sous X. 

Concernant le père, la reconnaissance de l’enfant est présumée si le couple est marié : l’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père le mari de la mère de l’enfant. 
La reconnaissance peut être prénatale, c’est-à-dire que les parents ensemble ou séparément peuvent reconnaître comme père de l’enfant le compagnon de la mère. Elle est en tout état de cause réalisée lors de la déclaration de naissance, auprès de l’officier d’état civil de la mairie du lieu de naissance, dans les trois jours suivant la naissance. 

Enfin, la filiation peut être établie par possession d’état sinon par un jugement (action en recherche de paternité) ou par acte notarié (adoption). 

Les conditions de contestation

Pour être recevable, l’action en contestation de filiation est soumise à la réunion de plusieurs conditions, la première tient en ce que l’enfant pour lequel il est demandé l’annulation du lien de filiation doit être né viable. 

Concernant le cas où la mère de l’enfant conteste sa maternité, elle doit apporter la preuve qu’elle n’a pas accouché de l’enfant pour lequel il est établi la filiation

Dans le cas du père, la preuve est établie lorsque le mari ou l’auteur de la reconnaissance n’est pas le père. 
En pratique, bien qu’elle soit libre (attestations, témoignages, etc.) la preuve est généralement rapportée par une expertise biologique de comparaison d’ADN, autorisée par un juge. 
Cette expertise est de droit lorsqu’elle est demandée par la personne qui conteste la filiation. 

Enfin, l’action en contestation de filiation est enfermée dans un délai de prescription de 10 ans lorsque la filiation a été établie par acte de naissance, acte de reconnaissance ou acte notarié, à compter de la naissance ou la reconnaissance, ou d’établissement de l’acte. 
Ce délai est fixé à 5 ans à compter de la fin de la possession d’état lorsque la filiation est établie par acte de naissance ou acte de reconnaissance et que la possession d’état est inférieure à 5 ans.

Les conséquences


Lorsque l’action en contestation de filiation aboutie, elle a pour effet de faire disparaître le lien de filiation entre le parent et l’enfant, et ce de manière rétroactive

Les états civils de l’enfant et du parent sont modifiés en conséquence, et le nom de famille de l’enfant peut être modifié (son accord est requis s’il est majeur). 
 
D’autre part, le parent avec qui il n’est plus établie de filiation, n’est plus tenu de ses obligations envers l’enfant (sécurité, santé, patrimoine, etc.) bien que le juge puisse autoriser le maintien de lien entre l’enfant à la personne avec qui le lien juridique est rompu. 

Historique

  • L'adoption de l'enfant par le conjoint
    Publié le : 12/04/2022 12 avril avr. 04 2022
    Articles du cabinet
    L'adoption de l'enfant par le conjoint
    De nos jours, le modèle familial s’est éloigné de celui encore connu il y a quelques décennies pris dans sa forme la plus courante, d’une famille nucléaire, et tend de plus en plus vers une palette d’organisations familiales, autant par les familles monoparentales, que recomposées.  Justement, d...
  • Changement de régime matrimonial et dissimulation de l’existence des enfants
    Publié le : 14/03/2022 14 mars mars 03 2022
    Articles du cabinet
    Changement de régime matrimonial et dissimulation de l’existence des enfants
    Par défaut de choix préalablement à la célébration du mariage, et notamment par conclusion d’un contrat de mariage devant notaire, les époux sont automatiquement soumis au régime de la communauté réduite aux acquêts, qui leur permet de conserver leurs biens personnels acquis avant le mariage, et...
  • Le sort de la pension de réversion en cas de mariage putatif
    Publié le : 07/02/2022 07 février févr. 02 2022
    Articles du cabinet
    Le sort de la pension de réversion en cas de mariage putatif
    L’article 147 du Code civil interdit la bigamie en France, c’est-à-dire le fait pour une personne de contracter un second mariage, avant que le premier ne soit dissous.  Le non-respect de ce principe fondamental constitue une cause de nullité absolue et le mariage est réputé comme n’ayant jamais...
  • Le délit d'abus de faiblesse : caractérisation et sanction
    Publié le : 11/01/2022 11 janvier janv. 01 2022
    Articles du cabinet
    Le délit d'abus de faiblesse : caractérisation et sanction
    Le délit d’abus de faiblesse consiste à se servir de la vulnérabilité d’une personne pour obtenir un profit contraire à ses intérêts, et ce alors que l’auteur dispose de la pleine connaissance de l’état dans lequel se trouve la victime.  Ce délit est sanctionné par le Code pénal, et les victimes...
  • La contestation de paternité ou de maternité
    Publié le : 09/12/2021 09 décembre déc. 12 2021
    Articles du cabinet
    La contestation de paternité ou de maternité
    La contestation de paternité ou celle de maternité constituent en réalité deux notions regroupées sous l’appellation « contestation de filiation », situation juridique où l’un des parents désignés d’un enfant envers qui une filiation est établie souhaite annuler ce lien de filiation.  Outre l’en...
  • Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
    Publié le : 26/11/2021 26 novembre nov. 11 2021
    Articles du cabinet
    Pourquoi l'attribution automatique du nom du père suivi de celui de la mère est discriminatoire selon la CEDH ?
    En France, depuis la loi du 4 mars 2002 relative au nom de famille (n°2002-304) les parents du futur enfant peuvent lui attribuer au choix l’un de leurs noms, sinon les deux, à condition d’être d’accord.  À défaut d’entente, une déclaration de désaccord est transmise par l’un des parents à l’off...
<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>