Divorce et partage des biens

Divorce et partage des biens

Publié le : 20/07/2021 20 juillet juil. 07 2021

Quel que soit le motif du divorce, ce dernier une fois prononcé entraîne la liquidation du régime matrimonial, nécessitant que les biens du couple soient partagés entre les ex-époux. Les modalités qui régissent le partage sont étroitement liées au régime matrimonial des époux et des conventions établies entre eux.


Sont exclus du partage les biens propres à chaque époux. Seuls les biens communs, désignés comme tels par le régime matrimonial, peuvent être partagés, c’est-à-dire tout bien, immobilier, mobilier, corporel ou incorporel qui appartient en même temps aux deux époux.

C’est régulièrement le cas du logement familial acquis en commun par les époux.

Avant le prononcé du divorce, y compris durant la procédure, les époux ont pour obligation de gérer les biens communs selon les règles définies par leur contrat de mariage.

Il leur sera par exemple interdit de vendre un bien commun sans l’accord de l’autre.

Sauf séparation de biens, régime de la participation aux acquêts ou stipulation inverse au contrat de mariage, les biens acquis par un époux pendant la procédure de divorce appartiennent à la communauté.

Le partage des biens sera effectué soit en fonction d’une convention conclue entre les époux, notamment dans le cadre d’un divorce par consentement mutuel, soit par le notaire qui va dresser un inventaire de leurs biens et appliquer les règles propres à chaque régime. La valeur des biens est fixée au jour du partage.

Ainsi, les époux qui étaient mariés sous le régime de la séparation de biens, où chacun est propriétaire des biens possédés avant le mariage et acquis pendant l’union, récupèrent les biens qui leur appartiennent. En cas de bien acheté en indivision, chacun récupère sa part à hauteur de ses droits sur le bien.

Pour les couples mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts (régime légal), le partage implique la récupération des biens propres (acquis avant ou pendant le mariage, par donation, legs ou succession) et une répartition à parts égales est faite des biens communs.

S’ils ont opté pour le régime de la communauté universelle où l’ensemble des biens y compris ceux possédés avant l’union font partie de la communauté, la masse de biens communs est partagée entre les époux.

Enfin, dans le cadre d’une participation aux acquêts, chaque époux récupère ses biens propres et les acquêts, c’est-à-dire la différence entre leur patrimoine pré et post mariage sont partagés en deux.  

Outre l’aspect relativement simple de ces règles, en pratique le partage des biens lors d’un divorce peut donner des situations juridiques complexes :

C’est régulièrement le cas lorsqu’un époux a financé un bien via ces deniers personnels, les Tribunaux doivent régulièrement déterminer si une créance lui est due ou s’il n’a fait que participer aux obligations du mariage.

Il est fréquent également qu’un des époux souhaite conserver le bien immobilier commun ou possédé en indivision. Dans cette situation et sauf accord entre eux ou rachat de part, il appartient au juge d’accorder une attribution préférentielle ou de maintien dans l’indivision, moyennant si nécessaire le versement d’une soulte.

Une fois le régime matrimonial liquidé, sauf si l’un a été lésé de plus quart de la valeur des biens ou qu’omission de déclarer un bien commun a été faite, il sera impossible de revenir sur le partage des biens.  

 

Historique

  • Mariage et solidarité fiscale
    Publié le : 28/10/2021 28 octobre oct. 10 2021
    Articles du cabinet
    Mariage et solidarité fiscale
    Le Code civil fixe au sein de l’article 220 la solidarité des époux à l’égard des dettes contractées pendant le mariage, solidarité qui dure y compris le temps d’une procédure de divorce, tant que ce dernier n’est pas prononcé :  « Chacun des époux a pouvoir pour passer seul les contrats qui o...
  • Legs graduel : Rappel sur l’interdiction de vendre le bien légué
    Publié le : 04/10/2021 04 octobre oct. 10 2021
    Articles du cabinet
    Legs graduel :  Rappel sur l’interdiction de vendre le bien légué
    Hériter ne signifie pas toujours qu’il soit possible de pouvoir faire ce que l’on souhaite du bien reçu. En ce sens, les legs graduels sont un frein à la libre disposition du bien hérité en ce qu’ils constituent une transmission en deux temps, c’est-à-dire qu’un premier bénéficiaire hérite de la...
  • Créances nées avant le mariage : pas d'enrichissement sans cause lorsque la liquidation patrimoniale a autorité de la force jugée
    Publié le : 25/08/2021 25 août août 08 2021
    Articles du cabinet
    Créances nées avant le mariage : pas d'enrichissement sans cause lorsque la liquidation patrimoniale a autorité de la force jugée
    Le prononcé d’un divorce implique la liquidation des intérêts pécuniaires entre les époux, c’est-à-dire de leur patrimoine mobilier, immobilier et financier commun ou indivis, dont les règles dépendent principalement du régime matrimonial pour lequel ils ont opté.  Cette situation de liquidation...
  • Divorce et partage des biens
    Publié le : 20/07/2021 20 juillet juil. 07 2021
    Articles du cabinet
    Divorce et partage des biens
    Quel que soit le motif du divorce, ce dernier une fois prononcé entraîne la liquidation du régime matrimonial, nécessitant que les biens du couple soient partagés entre les ex-époux. Les modalités qui régissent le partage sont étroitement liées au régime matrimonial des époux et des conventions é...
  • Bail et récupération des charges indues : dernières précisions jurisprudentielles sur le point de départ de la prescription
    Publié le : 16/06/2021 16 juin juin 06 2021
    Articles du cabinet
    Bail et récupération des charges indues : dernières précisions jurisprudentielles sur le point de départ de la prescription
    En matière de location, il pèse sur le bailleur une obligation de procéder à la régularisation des provisions sur charge versées par le locataire, de manière annuelle. Le droit positif ne prévoit pas de peine spécifique concernant l’inexécution de cette obligation autre que le remboursement via u...
  • Qu'est-ce que le droit de rétention ?
    Publié le : 20/05/2021 20 mai mai 05 2021
    Articles du cabinet
    Qu'est-ce que le droit de rétention ?
    Le droit de rétention est le droit de retenir quelque chose, et plus particulièrement un bien déposé entre les mains d’un créancier habilité à refuser de le restituer à son propriétaire, jusqu’à ce que ce dernier exécute les obligations pour lesquelles il est tenu envers le créancier.  Retour su...
<< < 1 2 3 4 5 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.